Je Cioranise toujours quand il faut

« Déchets de tristesse. Soudain, en deçà de tout, je glisse vers le point d’inexistence de chaque objet. Le moi : une étiquette. Parallèle à mon visage, je me mire dans mes regards. Chaque chose est autre, tout est autre. Quelque part, un œil. Qui m’observe ? j’ai peur, et puis je suis extérieur à ma peur. Hors des instants et hors du sujet que je fus, comment m’affilier au temps ? La durée se momifie, le devenir est devenu. Plus aucune parcelle d’air où expirer, où crier. Le souffle est nié, l’idée se tait, l’esprit fut. J’ai traîné tous les oui dans la boue, et ne colle pas plus au monde que l’anneau au doigt du squelette. » La tentation d’exister

Mais qui peut bien penser que Cioran n’était pas bouddhiste 🙂

Le vrai bonheur est celui que la peur n’atteint plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :