Quand le courant du fleuve devient trop puissant

Ce soir je me suis préparée un joli festin de chataignes… qui, au prix où elles coûtent, deviennent un plat de luxe ! Accompagnées d’une bouteille de cidre doux pour une légère ivresse. J’écoute le silence…

Parfois la lucidité est aveuglante : voir toutes les illusions du monde fait souvent très mal aux yeux. Et alors je me demande comment les Autres font pour vivre, continuer à vivre sans voir le manège enchanté, le non-sens de tout cela et sans rigoler de leurs propres situations ridicules. Condition humaine plaquée sur une terre boueuse où l’aveuglement est la seule solution si on veut pouvoir continuer à respirer tranquillement. Qui a vraiment choisit d’être un esclave de l’espoir qui rôde ? Pas moi en tout cas : j’ai déchiré la gangue mais je me retrouve seule. Non en fait, parce que ce soir j’ai repris comme souvent les pages de Cioran et le simple fait de lire ses lignes abruptes et ardues me rassure : il y en a d’autres des extra-terrestres perdus dans la Réalité. 

« C’est s’emballer pour des bricoles que de croire à ce que l’on fait ou à ce que font les autres. On devrait fausser compagnie aux simulacres et même aux « réalités », se placer en dehors de tout et de tous, chasser ou broyer ses appétits, vivre, selon un adage hindou, avec aussi peu de désirs qu’un « éléphant solitaire ». » De l’inconvénient d’être né. 

Une autre phrase que je n’avais jamais lue et qui me correspond assez bien 😉 : « Je vadrouille à travers les jours comme une putain sans trottoirs. »

Le paradoxe de tout cela, l’incommunicable de la situation, est que ce qui paraît ici sombre et torturé, n’est rien de moins que l’exacte manifestation d’une Joie indicible. Je sais, c’est difficile à croire surtout que ces lignes tracées à l’encre numérique ne sauraient vous montrer le fin sourire qui, depuis longtemps déjà, plisse mes lèvres à chaque instant. Comment faire comprendre que c’est dans la lucidité sans faille, dans l’écrasement de la morgue de l’illusion du monde, que se trouve indéniablement le seul bonheur possible ? Comme la Cassandre dans son pré, je ne crois pas être capable de mieux exprimer les choses. Voilà pourquoi ces pages me semblent, de plus en plus, inutiles puisque mon bonheur est dans le rien et le vide…

Ce qui est devenu essentiel pour moi ? Le silence extérieur comme intérieur. L’écoulement du Temps qui n’existe pas. Dans le souffle qui est notre vie humaine il n’y a que l’instant, ni passé, ni présent, ni futur. Quand on arrive à voir cela, un jour, un matin ou un soir, la vie certainement ne peut plus être comme avant. L’amour sans jugement de mes actes et de mes émotions, et le même amour porté à ceux et celles qui traversent ma vie. La sensation mainte fois répétée (mais pas encore installée de façon stable) qu’il n’existe aucune différence, aucun fossé, aucune barrière physique entre ce que j’appelle « moi » – ou plutôt ce que quelqu’un qui écrit ici et maintenant appelle « moi » – et les choses, formes, objets, êtres qui s’appellent « monde », ou « autres ». Non-dualité vécue seulement par intermittence puisque mon désir de la saisir est encore bien trop fort. 

Je retourne aux pages ardues … j’aimerais ce soir pouvoir lire Nietzsche et en savoir plus sur la Volonté de Puissance… mais sa confiance absolue dans l’Absolu de la Vie, son orgueil et son arrogance placés au plus mauvais endroit, me rendent impossible sa lecture, pour l’instant. 

Je me rends compte en écrivant le titre de cette note, que je ne suis plus capable de m’exprimer clairement : rien que des métaphores, des comparaisons sans doute très ésotériques mais, j’en suis désolée, il n’y a que ces mots-là qui viennent sous mes doigts. Si vous réussissez à me comprendre, ne serait-ce que d’un atome, j’en serais vraiment ravie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :