Bohemian Rhaposdy ou la vie de Freddie Mercury et non celle de Queen

Quand une non-fan va voir un film fabriqué pour les fans

Je ne suis pas fan, du tout du tout, de Queen. Je suis pourtant née dans les années 70, j’ai grandi avec les Doors à la maison, mon adolescence s’est passée entre Bruce Springsteen, U2, The Smiths, Dire Straits et surtout, surtout Genesis, mon groupe fétiche depuis mes 12 ans ! J’ai ensuite continué mon éducation musicale avec tous les groupes de rock des années 70 et 80 comme Led Zeppelin, Supertramp. Fan de métal, j’ai suivi la carrière de Gun’s n’ Roses (si, si) et jeune adulte dans les années 90 je pogottais sur les riffs d’Alice in Chains (qui est toujours un groupe que je suis), Pearl Jam avec l’excellentissime Eddie Vedder ou Red Hot Chili Peppers. Il n’y a qu’un seul groupe de rock avec lequel je n’ai jamais ressenti de feeling, de vibrations, c’est Queen. C’est exactement avec les goûts alimentaires : je déteste les champignons, rien qu’à l’odeur j’ai mal à la tête, et quand je vois les gens autour de moi se régaler d’une omelette aux champignons je me dis que cela doit être bon… mais en fait non. Avec Queen c’est pareil : je vois bien tout le potentiel du groupe, Freddie, les riffs de Brian May, mais leurs chansons ne m’ont jamais fait vibrer, je n’ai jamais été touchée par leur musique. C’est comme ça…

Et pourtant je suis allée voir Bohemian Rhapsody, le biopic qui tourne plus autour de la vie de Freddie Mercury que du groupe lui-même. Et pourquoi donc aurais-je dépensé 11€60 pour aller voir un film d’un groupe que je n’aime pas ?
Tout d’abord pour l’acteur principal. Rami Malek. Je l’ai découvert comme beaucoup dans la série, Mr. Robot, et je l’avais trouvé extraordinaire. Précis, plein d’émotion et d’intelligence. Et franchement, c’est lui qui porte le film. Il est Freddie Mercury, dans le physique comme dans la sensibilité.


Mon autre raison vient du cœur : en fait je vis avec un fan absolu, total, de Queen ! Quand j’étais ado, si on m’avait dit que je vivrais avec un fan de Queen, j’aurais rigolé : comment pourrais-je tomber amoureuse d’un fan de Queen ? Nous n’aurions décidément pas les mêmes goûts… et pourtant, la vie est toujours pleine d’ironie, c’est pour cela qu’il faut tenter l’aventure et continuer la route.

Un bon divertissement musical

Globalement j’ai bien aimé le film, car il m’a rappelé mon adolescence, les années 70 et 80. Comme beaucoup j’ai vu le concert du Live Aid de Wembley en 1985 et en tant que fan de rock en général, cela fait toujours du bien de passer un bon moment avec de la bonne musique. D’autant plus que si je n’aime pas les chansons de Queen, elles sont devenues de tels standards que je les connais par cœur. Le film retrace avant tout le vie de Freddie Mercury, de ses débuts avec Queen aux tournées mondiales, de ses amours féminines et masculines et sa solitude, sa mégalomanie. C’est toujours le même problème avec ce genre de biopic : comme pour les Doors, et comme à l’époque, l’attention est portée sur le chanteur charismatique et on oublie bien vite le reste du groupe.
Queen est décrit comme une famille, comme un groupe de 4 garçons qui s’entendent bien même s’il y a parfois des disputes artistiques. Les trois autres membres du groupe, Brian May, Roger Taylor et John Deacon, sont décrits comme des hommes plus stables et aux vies finalement plus rangées que celle de Freddie. Ils sont les têtes pensantes de l’équipe, tandis que les frasques de Freddie sont toujours acceptées, car tout le monde sait qu’il est la part créative du groupe.

On nous raconte bien sûr la naissance de la mythique chanson opératique Bohemian Rhapsody, qui donne le nom au film et qui est le tube par excellence de Queen. On assiste également pratiquement à toute la prestation du groupe lors du Live Aid à Wembley et on comprend, avec les chansons sous-titrées, que Freddie Mercury parle de lui, de sa mort et de sa vie. Contrairement à un Jim Morrison, Mercury n’est pas un poète, il parle avant tout de lui, de ses angoisses et de ses peurs. C’est un showman, comme il le dit dans le film et c’est ce qu’il aime. Le film rend hommage au talent de guitariste de Brian May, en particulier lors du fameux solo de Bohemian Rhapsody. On voit défiler tous les tubes du groupe et on a même droit au tournage avec les acteurs du film du clip « I want to break free » où les musiciens sont déguisés en femmes et qui fit scandale aux États Unis.

Un hommage ou un panégyrique ?

Toutefois, tout cela passe très vite et on sent bien tout ce qui a été tu dans le film et on regrette de ne pas en savoir plus sur la fabrication de leurs tubes, sur leur façon de composer, de jouer ensemble. Il y a des longueurs, en particulier autour de la vie amoureuse et tumultueuse de Mercury.
Mais surtout, la principale critique que je fais au film c’est son côté trop lisse. Tout est lisse, parfait et même les délires de Freddie sont soft et le film ne le rend pas responsable puisque c’est son ami Paul Prenter qui devient le « bad guy » du film en utilisant et manipulant le pauvre Freddie. Tout le monde s’aime, tout le monde forme une formidable famille : les membres du groupe sont tous de grands amis et les heurts sont vites oubliés ; la famille de Mercury et surtout son père (Freddie Mercury né Farrokh Bulsara à Zanzibar) finissent par lui pardonner ses frasques ; l’amour de sa vie, Mary, ne lui en veut pas du tout de la quitter pour les bras de nombreux amants…

Pourtant, d’après mes sources (et elles sont fiables venant d’un fan absolu du groupe), tout est vrai dans le film et on peut également souligner la ressemblance frappante de la plupart des acteurs avec les personnages réels, de Rami Malek à Gwilym Lee qui joue Brian May. Mais c’est un film pour les fans. Toujours d’après mes sources, un autre film aurait été en préparation, avec l’acteur Sacha Baron Cohen qui a joué Borat dans le rôle de Freddie. Mais ce dernier a claqué la porte, car il voulait montrer davantage la part sombre du chanteur, ce qui n’a pas été retenu par les anciens membres du groupe. Tout est dit… donc si vous aimez le rock, si vous aimez Queen, si vous êtes fan de Mercury, courez voir ce film dont on nous parle depuis de nombreuses années déjà. Pour les autres, c’est un bon moyen d’entrer dans l’univers du rock des années 70-80.

Publicités

4 commentaires sur “Bohemian Rhaposdy ou la vie de Freddie Mercury et non celle de Queen

Ajouter un commentaire

  1. J’adore Queen et les champignons puisque je suis à la fois un ancien guitariste de bal et un vieux mycologue amateur.
    J’avais même osé une reprise de Bohemian rhapsody au violoncelle électrique pizz dans l’auditorium du violoncelle.com ; peut-être vous en souvenez-vous ?

    Cela suffirait-il à faire de moi une mauvaise personne ?

    Un doute m’assaille…

    Aimé par 1 personne

    1. Mais non vous n’êtes pas une mauvaise personne 😉 puisque je suis moi-même tombée amoureuse d’un fan de Queen ! Je ne me souviens plus de la reprise, mais cela doit être quelque chose au violoncelle, puisque la force de cette chanson est son aspect opératique.

      J'aime

  2. J’aime bien les chansons de Queen, sans être une fan absolue puisque je ne connais que leurs tubes. Je ne sais pas trop si j’ai envie de voir ce film du côté, un truc trop lisse me dérange un peu, même s’il fallait s’y attendre…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :