Bright sur Netflix

J’ai vu passer beaucoup de publicité sur les réseaux sociaux pour ce film produit par Netflix. Comme tout bon et servile spectateur que je suis, j’ai été attirée par deux éléments fondamentaux aperçu dans le trailer : la présence de Will Smith et le style urban Fantasy du film.

L’idée semblait bonne à première vue : une histoire de flic dans un monde où les humains vivent ou plutôt cohabitent avec toutes les créatures Fantasy que l’on peut imaginer, orques, elfes, fées. Sur le papier donc, on se dit, quand on est comme moi une fan de Fantasy, que cela ne peut être qu’intéressant, au moins, de voir se film. Abonnée à Netflix et attendant ce soir le passage vers la nouvelle année, je me suis laissée tentée…

J’ai eu tort…

Ce film est particulièrement mauvais. Le scénario ne tient qu’à un fil, on se dirait dans un très mauvais remake du Seigneur des Anneaux ou de Harry Potter : on attend le retour du « Dark Lord » appelé par de méchants Elfes aux pouvoirs magiques destructeurs. On se bat autour et pour une baguette magique… rien de nouveau donc.

Les dialogues se contentent de « fuck you » et de « shit », c’est assez pitoyable.

Le film n’est qu’une succession de fusillades, de bagarres, de bourrages de gueules qui n’ont aucun intérêt. Elles sont entrecoupées maladroitement de quelques scènes plus calmes où le pauvre orque Jacoby assez lourdaud (joué par Joel Edgerton mais sous des tonnes d’un pauvre maquillage bleu très cheap), devenu flic dans l’impopulaire LAPD, essaye de faire de Ward (joué par Will Smith), son coéquipier humain, son ami pour la vie…On attend le fantastique qui ne vient pas, puisqu’il n’y a que des scènes de fusillades, de bagarres et bourrages de gueules.

Les clichés en font des tonnes. Tout le début du film n’est qu’une mascarade pour tenter de nous faire comprendre sans trop de subtilité que derrière ce monde où les uns vivent à côté des autres, les orques en gros gansta et dealers, les elfes riches et dominateurs du monde, les fées qui ressemblent à la fée clochette mais en beaucoup plus moche, ce n’est qu’une satire sociale de l’Amérique actuelle, divisée en communauté qui ne savent pas vivre ensembles. Les clichés racistes se succèdent : les orques sont comme les Afro-Américains, ils vivent à la marge de la société et on ne peut pas leur faire confiance. Il y a même des relents d’antisémitisme quand on comprend entre deux dialogues, où nos oreilles ne sont pas agressées par les « Fuck » et le « Shit », qu’ils tiennent cette position car il y a 2000 ans, lors d’une guerre avec le « Dark Lord », ils n’ont pas choisi le camp du Bien.
La « magie » et le fantastique n’existent pratiquement pas, on attend sans espoir que le film démarre de ce côté là, on se dit que cela va basculer dans un autre monde avec des trucs sympa. Mais non… en fait on reste au schéma décrit ci-dessus… les bagarres, tout ça tout ça.
Le problème est qu’il y aura certainement une suite, c’est en tout cas ce que laisse présager la fin de Brigth.

Il paraît (ce que je lis de ci de là sur internet) que les visionnages sur la plateforme Netflix sont extrêmement nombreuses aux Etats-Unis. Cela ne m’étonne pas… mais vous, humains européens, fuyez pauvres fous…(comme vous le conseille sagement Gandalf devant le Balrog au fond de la Moria)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :