Est-ce que j’ai encore un avenir ?

J’aimerais bien, autant que possible, ne pas finir ma carrière dans l’Education nationale ! Je vais passer sur les raisons de cette désaffection, mais elle tient aussi pour une bonne part à ces remarques de beaucoup de mes amis et proches qui ne comprennent pas toujours ce que je peux bien faire là-dedans… Je n’ai jamais vraiment eu beaucoup d’ambition professionnelle, le jour en fait où j’ai compris que je ne serais pas pilote de chasse (c’est marrant il y avait un reportage ce soir sur France 3… j’ai pas pu regarder parce que c’était mon rêve ça… sniff… ) Je suis devenue professeure surtout par nécessité, et même si j’aime beaucoup ça, au train où vont les choses ce n’est plus vraiment un système et un monde qui me plaît. J’ai cherché, depuis quelques années déjà, à aller voir ailleurs, mais en fait on se rend compte qu’un prof sait faire des tas de choses mais qu’en France il est très très difficile de se recycler si on vous a collé une étiquette sur le dos. Il y a deux ans j’ai passé un entretien pour évaluer mes compétences et j’ai rencontré une gentille dame pour parler de « mobilité » et j’ai bien aimé quand elle m’a fait comprendre que l’évolution chez les profs, c’était niveau 0 ! Pas de plan de carrière, à moins de vouloir tenter le concours de principal… bof.

Il y a bien le journalisme qui me tend les bras, mais ce n’est pas non plus un monde qui me tente vraiment… j’ai mes raisons. Il faut dire que je suis ce qu’on appelle une sur-diplômée qui ne sert à rien finalement 😉 : histoire, philosophie, pratiquant un anglais courant qui me permet d’enseigner dans cette langue, etc, etc… il me manquait un nouveau diplôme à mon bagage déjà lourd. Donc je vais m’inscrire en Licence de Psychologie… et toc ! Je viens de recevoir mes équivalences. KezAKo ? C’est quand vous avez déjà plein de diplômes, si vous voulez en passer d’autres vous pouvez avoir des équivalences dans certaines matières pour ne pas avoir à tout recommencer depuis le début ! Donc là, avec ma maîtrise d’histoire, ma maîtrise de philosophie et mon statut de professeur bi-admissible à l’agrégation (et oui…) j’ai le droit d’entrer en Licence 2 de psychologie à l’Université de Paris 8 ! ouf ! Paris-8 c’est la fac des gauchistes… super, je ne vais pas me sentir trop à part pour une fois. Sauf que j’ai choisi de suivre des cours à distance, comme au CNED : je vais recevoir des documents, des cours que je devrai étudier toute seule et je ne devrai aller sur place à Saint-Denis que pour les Travaux Dirigés et les Examens. Le hic de ce choix c’est que pour la première fois de ma vie je vais devoir apprendre des matières vraiment scientifiques ; ainsi pour valider ma seconde année de licence je devrai rattraper un cours de Neuro-Anatomie… aïe, je vais faire comme dans Urgences… NFS, Chimie, Iono…

Tout ça pour quoi ? Je suis encore un peu jeunette (!) mais j’envisage de plus en plus de devenir psychanalyste… et re-toc ! ça calme là… hein… alors le chemin est long, très long d’autant plus que la récente loin essaye de tout réglementer au plus près pour éviter les dérives des charlatans du bien-être. Il me faut donc un diplôme et aussi continuer une analyse didactique puis dans quelques temps commencer, au sein d’une association psychanalytique telle qu’Espace Analytique ou la Société de Psychanalyse de Paris, à suivre des médecins cliniques. Je ne serai jamais médecin, mais si je peux obtenir le titre de psychologue, celui de psychanalyste me sera conféré par cooptation. C’est là d’ailleurs qu’achoppe la loi, qui ne peut intervenir dans l’évaluation et la formation des psychanalystes. Depuis les débuts de la discipline, ce sont les pairs qui forment les jeunes médecins. Cela ne plaît pas, c’est d’ailleurs pour ça que la plupart des médecins, psychiatres ou psychologues mal menés, dénigrent la psychanalyse puisqu’il faut avoir fait l’effort d’un travail sur soi pour être à même d’aider les autres ! Cela me semble pourtant tellement évident… mais je suis déjà de la mauvaise graine. Mais comment expliquer que le transfert est une puissance existante et qu’elle peut être salvatrice ou destructrice si elle n’est pas correctement appréhendée ?

Voilà donc mes nouvelles aventures…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :