Paroles ou Ecrits

Il faut souffrir pour éliminer la souffrance en soi. Etre soi même ce n'est pas être ce que l'on fait. Les Autres ne sont pas nos ennemis. Pour être soi, il faut éliminer tout ce qui n'est pas nous, tous les interdits, les paroles, les injonctions, les références, les hiérarchies, les hypocrisies de la société,... Lire la Suite →

Paroles ou Ecrits

Il faut souffrir pour éliminer la souffrance en soi. Etre soi même ce n'est pas être ce que l'on fait. Les Autres ne sont pas nos ennemis. Pour être soi, il faut éliminer tout ce qui n'est pas nous, tous les interdits, les paroles, les injonctions, les références, les hiérarchies, les hypocrisies de la société,... Lire la Suite →

Nihiliste amoureuse

Malgré un beau soleil au-dessus de la baie, et même si les températures sont encore fraîches, me voilà attablée à mon bureau pornichétin, écoutant l'Arpeggiata, les grandes vitres de mon appartement largement ouvertes sur le balcon. Bien que vivant à quelques mètres de l'océan, les pins me cachent, heureusement, le bruit fort inopportun de la... Lire la Suite →

L’Ennui selon Cioran

Pour Cioran, le “pessimisme” est en fait un effet de balancier qui le conduit, lui personnellement, de l’Extase à l’Ennui ; ce type de pessimisme peut être résumé par cet extrait d’aphorisme (p. 760) : « […] je n’ai jamais lu un sermon de Bouddha ou une page de Schopenhauer sans broyer du rose. »... Lire la Suite →

Le pessimisme de Schopenhauer vu par Nietzsche

Quelle est exactement la “vision juste” du monde et de la vie humaine telle que la présente le pessimisme ? Il s’agit d’un constat, certes rude, mais qui, justement par sa sécheresse, rend le lecteur lucide. Schopenhauer, dans le Monde comme volonté et comme représentation, en fait le catalogue dans les paragraphes 57, 58 et... Lire la Suite →

La question du Mal chez Emil Cioran

Le mal est le deuxième élément d’une échelle de valeur instaurée par l’être humain pour pouvoir juger des choses et des êtres qui constituent le monde. Une chose n’est dite mauvaise que par rapport à un sujet qui la considère comme telle, en fonction de son caractère. Dans la Conscience du Malheur extrait du Précis... Lire la Suite →

Le mal et la vision juste du monde pessimiste

Le paragraphe 57 du Monde comme Volonté et comme Représentation d'Arthur Schopenhauer est, avec les deux suivants et le supplément 46, le cœur de la philosophie de philosophe car ils définissent son pessimisme, c’est-à-dire sa vision juste du monde, un monde fait de souffrance et de malheur. L’auteur présente la vie humaine dans toute sa... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :