« Mon rejet de la religion n’a pas fait de moi un militant antireligieux. Je ne suis pas en guerre. Seulement, je laisse aux religions le mot « dieu » qui n’a pas sa place en philosophie. Nous ne sommes plus au Moyen Age où théologie et philosophie tenaient dialogue, et éventuellement bataille. Il n’empêche que la séparation entre croyants et incroyants reste aujourd’hui plus vive qu’au Moyen Age parce que, justement, le dialogue n’est plus possible. Décider de rejeter l’idée même de « dieu » engendre pour le philosophe une véritable brisure avec autrui. Et nous voyons bien cette brisure active dans toute la société.»

Marcel Conche, Epicure en Corrèze, p. 115.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :