Quelle parité pour les élections législatives en Loire Atlantique ?

La semaine dernière, avec des élèves de terminales ES et mon collègue de sciences économiques et politiques, nous avons travaillé en atelier sur les inégalités sociales et les mesures que les pouvoirs publics peuvent prendre pour tenter de les réduire. Nous avons beaucoup travaillé avec les statistiques. De mon côté, je me suis « amusée » à faire une petite étude sur la parité, un des moyens mis en avant par l’Etat pour réduire les inégalités entre les hommes et les femmes. La parité est surtout mise en avant dans le monde politique et depuis peu il faut pouvoir présenter autant de CANDIDATES que de candidats. La subtilité n’est pas évidente à première vue, mais elle a son importance. En effet, même si les prochaines élections législatives, par exemple, sont un modèle de parité (!) cela ne veut en aucun cas dire que la prochaine Assemblée nationale sera paritaire ! Car les candidats et surtout les candidates doivent se transformer en élus et élues ! Et là, les choses sont beaucoup moins évidentes. En premier lieu parce qu’une loi ne pourra jamais transformer les mentalités et que, pour le coup, dans cette question des inégalités de genre la psychologie collective française n’est pas vraiment ouverte !

Une parité de représentation dans la législature actuelle

Pour m’en rendre compte j’ai fait une petite étude de cas autour des élections législatives dans mon département, la Loire Atlantique. Je suis d’abord partie d’un constat : durant la dernière législature (2012-2017), le département était parfaitement paritaire, avec 5 députées et 5 députés dont voici la liste :
1e circonscription : François de Rugy (M)
2e circonscription : Marie Françoise Clergeau (F)
3e circonscription : Karine Daniel (F)
4e circonscription : Dominique Raimbourg (M)
5e circonscription : Daniel Ménard (M)
6e circonscription : Yves Daniel (M)
7e circonscription : Christophe Priou (M)
8e circonscription : Marie Odile Bouillé (F)
9 circonscription : Monique Rabin (F)
10e circonscription : Sophie Errante (F)

Les noms de cette liste soulignés sont ceux des élu-es sortant-es qui se représentent. 3 femmes députées sur les 5 se représentent donc. Je passe sur les questions politiques, des étiquettes PS, En marche, La République en Marche… on voit bien en Loire Atlantique comme ailleurs en France que la curée à commencée et que les uns, les unes et les autres ne sont pas prêts à lâcher leurs privilèges au prix même de perdre toute dignité.

Quelles proportions de candidates ?

J’ai ensuite fait une petite étude sur les candidats actuels dans les 10 circonscriptions. Comme ailleurs également, les candidats et candidates sont nombreuses : 156 pour 10 postes ! C’est pire qu’à l’agrégation externe de philo !
1e circonscription : 17 candidats dont 8 femmes, soit 47%
2e circonscription : 20 candidats dont 11 femmes, soit 55%
3e circonscription : 18 candidats dont 10 femmes, soit 55,5%
4e circonscription : 18 candidats dont 9 femmes, soit 50%
5e circonscription : 14 candidats dont 4 femmes, soit 28,5%
6e circonscription : 11 candidats dont 6 femmes, soit 54,5%
7e circonscription : 13 candidats dont 7 femmes, soit 53,8%
8e circonscription : 16 candidats dont 6 femmes, soit 37,5%
9 circonscription : 14 candidats dont 8 femmes, soit 57%
10e circonscription : 15 candidats dont 6 femmes, soit 40%

Sur les 156 candidat-es à la députation en Loire Atlantique, il y a donc 82 hommes et 74 femmes, soit respectivement 52,5% et 47,5%. Déjà, c’est moins bien que la législature actuelle, qui était à parité. Mais ce ne sont ici que les candidatures.

Quels sont les territoires où il y a le moins de candidates ?

Ce qui m’a intéressé ensuite fut de me demander dans quels territoires les candidates étaient proportionnellement moins présentes. Il s’agit ici des 1e, 5e, 8e et 10e circonscriptions. Mon interrogation était la suivante : la parité des candidatures est plutôt bien respectée dans le département, pourquoi certains territoires font beaucoup moins bien (jusqu’à moins de 30% de femmes candidates dans la 5e circonscription par exemple !) ? Je n’ai pas fait d’analyse politique, je le redis, car le contexte national étant tellement brouillé qu’il m’a semblé que ce n’était pas forcément un argument. Je me trompe peut-être…
J’ai fondé ma petite étude sur les territoires (qui sont un peu mon nouveau job en fait… même si je ne l’exerce pas !).
Voici la liste géographique des circonscriptions (pour mes lecteurs et lectrices qui ne sont pas du coin, certains noms vont sans doute vous dire toute de même quelque chose !)

1e circ : Nantes-Orvault
2e circ : Nantes
3e circ : Nantes-Saint Herblain-Saint Etienne de Montluc (Nantes ouest)
4e circ : Nantes-Rezé-Bouaye (Nantes sud)
5e circ : Nantes – Nort sur Erdre – Carquefou – La Chapelle sur Erdre (Nantes Nord)
6e circ : Châteaubriant – Ancenis – Blain
7e circ : La Baule-Guérande-Pontchâteau
8e circ : Saint Nazaire-Savenay
9e circ : Pays de Retz
10e circ : Vignoble – Clisson – Vertou

Et donc les 4 circonscriptions où les candidates sont proportionnellement moins présentes sont celles de Nantes-Orvault, La vallée de l’Erdre, Saint Nazaire, le Vignoble. Actuellement, sur ces 4 circonscriptions, 2 sont représentées par des femmes.

Pourquoi moins de candidates dans certains territoires ?

Ces quatre territoires sont tout simplement… les plus riches du département ! Ce sont les territoires les plus importants pour l’économique locale, que cela soit en terme industriel (Saint Nazaire), agricole (Le Vignoble) ou résidentiel et présentiel des classes aisées (Nantes-Orvault, La vallée de l’Erdre). Là où les enjeux économiques et donc politiques sont les plus forts localement, il y a moins de candidates que de candidats, et donc moins de chance d’élire une femme à la députation. Mon hypothèse est donc que sur les territoires clés du département on ne propose pas aux femmes d’être en position d’entrer à l’Assemblée nationale. Il vaut peut-être mieux qu’un homme représente ces espaces et leurs habitants…

Je ne saurais préjuger d’un quelconque élément volontaire dans ce constat, de la part de tous les partis politiques. Il me faudrait en fait affiner l’analyse en entrant dans la composition des candidatures pour chaque circonscription et chaque parti. Si j’ai le temps, je le ferai… mais rien n’est moins sûr, d’autant que je préfère me fonder sur la géographie, pour changer.

Bien sûr ce petit exposé ne pourra être validé qu’au terme des deux tours de l’élection législative. Donc rendez-vous au soir du 18 juin prochain (en pleine correction des copies du bac de philo donc) pour savoir si mon hypothèse s’avère juste !

Publicités

Un commentaire sur “Quelle parité pour les élections législatives en Loire Atlantique ?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :