La vie secrète des arbres – Peter Wohlleben

Ce livre est un véritable best-seller ! Et pourtant il est écrit par un allemand (!), ce n’est pas un roman policier gore et sanglant ni une romance érotique, et il ne parle que d’arbres et de forêts.
Mais raconter la vie des arbres et de la forêt peut avoir des accents érotiques et des relents sanglants, quand il s’agit de dévoiler les relations entre les arbres d’une forêt ou les rapports qu’ils entretiennent avec les insectes ou les champignons.

J’ai beaucoup aimé ce livre, tout d’abord parce que je me suis offert la version illustrée, sur papier glacé. Elle n’est sortie qu’en fin d’année dernière et je trouve que cela ajoute énormément à la lecture. Les photos sont magnifiques, touchantes et elles accompagnent parfaitement le propos écrit. J’aime bien moi aussi prendre des photos d’arbres et d’écorces et de branchages nus en hiver, donc je suis sensibles aux images végétales.

Houppier d’hiver dans un bois d’Atlantique

Ensuite, parce que je me sens beaucoup plus proche du monde végétal que du monde animal. D’ailleurs le dernier chapitre du livre porte un espoir : que l’humanité se comporte dès à présent avec les végétaux comme elle commence à se comporter avec les animaux. Avec plus de dignité et en ayant conscience du fait vivant. Nous sommes tous des créatures, et même si les arbres sont plus lents, ils sont vivants. Le livre nous raconte d’ailleurs comment ils communiquent entre eux, comment ils s’entraident et comment ils vivent enracinés dans de sols qu’ils n’ont pas choisi.
Mon bureau donne sur mon jardin, où il y a de grands arbres, des arbustes et des fleurs, et j’avoue que c’est un pur bonheur que de pouvoir tous les jours contempler ce monde apaisé et apaisant tout simplement exister. Je trouve que les végétaux sont l’exemple parfait quand on veut comprendre le concept métaphysique d’Etre : être là, juste là et respirer. C’est tout.
Nous suivons aussi la lente progression des bébés-arbres, étouffés par la puissance de vivre de l’arbre-mère qui prend toute la place, tous les nutriments et surtout toute la lumière. Il faut souvent attendre la mort de l’ancêtre pour que les jeunes pousses puissent enfin partir à la conquête du ciel. Pas facile d’être un arbre.

C’est également un éloge de la lenteur et même de l’extrême lenteur. A plusieurs reprises j’ai eu en tête les images que le brillant Tolkien avait pu m’avait suggéré quand je lisais le Seigneur des Anneaux et toutes les scènes avec les Ents. Ces créatures sont des arbres qui sont les témoins les plus ancestraux du monde. Ils voyagent lentement à travers leur forêt, ils discutent longuement pour savoir quoi faire en utilisant un langage très complexe que personne ne comprend. Ils ont plein de formule de politesse pour s’appeler et ils sont fidèles et solidaires entre eux. C’est exactement ce que raconte Peter Wehlleben dans son ouvrage.

La base scientifique du livre est très solide, c’est ce qui fait sa force mais qui peu le rendre aussi difficile à lire. L’auteur est un forestier allemand du district de Hümmel, qui livre ici toute son expérience de vie professionnelle mais aussi personnelle au milieu de la forêt.

Enfin, c’est un livre qui a totalement et parfaitement fait fonctionner mon imagination ! A la lecture, j’ai souvent été surprise de me voir « partir » vers ces forêts, ces sous-bois, auprès de ces arbres qui communiquent par leurs réseaux racinaires et qui tentent, figés dans leur sol, de résister aux invasions d’insectes ravageurs ou des tempêtes hivernales. Ces voyages imaginaires ont été très loin et très forts, bien plus que ce que pourrait me faire faire un roman, aussi bon soit-il. Et cette évasion est, pour moi, le socle même de toutes mes lectures. Lire et partir, ne plus être ici et maintenant, mais être autre part par la force de l’évocation et des mots, et ici aussi un peu des photographies.

Bref, une lecture envoûtante qui me fait regarder les forêts où je me balade (pourtant peu nombreuses en Loire Atlantique) avec un autre œil.

Écorce d’hiver bi-colore d’Atlantique
Publicités

3 commentaires sur “La vie secrète des arbres – Peter Wohlleben

Ajouter un commentaire

  1. Ce livre tourne dans ma tête depuis longtemps. A l’époque où je regardais Quotidien sur TMC, l’auteur avait été invité mais j’avais trouvé le présentateur un peu moqueur, ce qui avait encore plus accru mon intérêt pour ce livre. (cherche pas)

    En plus, je ne connaissais pas l’existence de cette version illustrée, uhu. Je suis ravie que tu nous en aies parlé en tout cas 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :