Flammes de Saint Nazaire

Saint Nazaire, la ville des paquebots, la ville des « pas que beaux », vue sur l’eau. Une ville blanche comme d’autres sont grises et sales sous des cieux plombés. Une ville blanche dont la couleur change avec le ciel et la marée. Des couleurs ? Celle, Rouge, de l’artiste Felice Varini sur les toits, les silos, les murs du port pour créer une anamorphose de flammes. Une ville attachante car martyre et mal-aimée.

L’art peut-il faire oublier les stigmates des destructions de la Guerre et des errances de la reconstruction ? L’art est-il possible dans des espaces urbains que certains considèrent comme repoussant ? Peut-on créer une nouvelle harmonie à partir d’un chaos de béton, de métal, d’industries ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :