Nuit philosophique

Voilà une nuit qui s’annonce philosophique… comme j’aime. Il y a bien longtemps que je n’ai éprouvé ce plaisir, comme aux temps glorieux de mon master, de passer une grande partie de la journée et de la nuit à travailler sur un texte philosophique, à écrire et analyser. Je le fais ce soir pour le lycée XP : avec beaucoup de retard (les élèves admireront le timing on ne peut plus experimentalien de mon processus d’éloboration) je prépare l’atelier de lundi. Nous nous attaquons aux lectures suivies nécessaires pour le Bac et en particulier pour l’oral… si jamais il doit y avoir rattrapage. Espérons que non ! Nous avons choisi, ensemble comme tout ce qui se décide au lycée, d’étudier La Lettre à Ménécée d’Epicure (classique) et la Tentation nihiliste de Roland Jaccard ( déjà… moins classique !). Nous avons intitulé l’atelier du l’Epicurisme au Nihilisme. J’y rajoute ce soir le sous-titre : « la philosophie peut-elle nous rendre heureux ? »

Me voilà donc plongée avec délice dans les livres… qui recouvrent mon bureau où trône l’ordinateur portable d’où je vous écris. Les pages imprimées dégueulent sur les côtés. Un pot de glace Häagen Dazs au chocolat, caramel et noix de pecan, vide avec sa cuillère bien léchée, trône au milieu du capharnaum. La baie vitrée est largement ouverte : je n’ai pas profité du beau temps, moins par obligation professorale que par hantise de la foule ! Le remblais devait être noir de monde et aujourd’hui m’est apparu l’un des écueils de ma vie sur la côte d’Amour (écueil que je connaissais bien… mais qui n’arrive à la conscience que lorsque le problème se pose) : je déteste la foule 🙂 la masse m’horripile… la populace en short avec ses gamins braillards et ses voitures diesel me fait fuir le monde pour les altitudes éthérées au choix du Logos ou de l’Himalaya !

Peut-être tout à l’heure, à l’heure la plus sombre de la nuit, j’irais tout de même faire un tour sur la plage enfin désertée.

En fond musical, le dernier album à la mode, Mumford and sons, et le tube Little Lion Man.

En fond psychique, les phrases qui percutent de Roland Jaccard, nouveau Cioran, que je viens de contacter par mail pour essayer, comme nous avons fait avec Michel Onfray, de discuter avec lui… la parole vivante du philosophe, la pratique au lieu de l’oubli des livres, la froideur des lignes noires sur la papier blanc. La philosophie c’est la vie bordel !

« Le nihilisme commence là où cesse la volonté de se tromper soi-même. Mais sans cette volonté, nous n’aurions ni l’ivresse de l’art ni l’amour. Alors faisons « comme si… » et que la fête commence ! De sa magnificence dépendent l’étendue de nos naufrages et l’éclat de notre lucidité. Et peut-être serons-nous assez forts un jour pour aimer nos minuits comme nous aimons l’aurore ! »

C’est bien pourtant parce qu’il existe des phrases pareilles que je suis toujours en vie. Cette sensation, toujours renouvellée, chaque jour, à chaque rencontre, à chaque parole, que je suis sur un manège, pas très enchanté, mais qui ne fait que tourner. La tête me tourne tout le temps, mais je sais faire semblant de ne pas voir que je vais vomir … alors je ris, je retourne dans ma bulle, et parfois je pleure parce que vraiment, non vraiment, il n’y a pas grand monde pour remarquer que le manège est détraqué ! Solitude…

Alors pour me dépayser je suis tombée amoureuse… ah ! cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivée ! Voici l’édito de Philosophie magazine d’Avril 2011 dont le thème central est « Je t’aime »… thème on ne peut plus d’actualité pour moi (image cliquable) wpid-philoamour-1302383169-2011-04-9-23-14.jpg

Joli dialogue, n’est-ce pas ?  Pour ma part je suis à 100% dans le camp masculin… pour une fois ! Le souci est bien sûr de savoir comment je vais faire pour concilier pessimiste récurrent, voire nihilisme à tout crin, avec ce délire là ? La lionne s’est transformée en gazelle… qui se laisser dévorer en riant ! 

Une petite vidéo pour finir, avec quelques paroles de ce groupe qui cartonne

Weep for yourself, my man, You’ll never be what is in your heart Weep Little Lion Man, You’re not as brave as you were at the start Rate yourself and rake yourself, …Take all the courage you have left Wasted on fixing all the problems

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :