Alea Jacta Est

Le sort en est jeté. Je ne serai plus professeur de philosophie à la rentrée. Je vais redevenir étudiante… étudiante en master 2 professionnel pour tenter de changer définitivement de métier. Je me suis inscrite à l’université d’Angers en Master 2 Chargé de développement, entreprises et territoires durables. Je pense que l’avenir n’est plus forcément dans l’éducation, du moins telle que l’envisage ceux qui nous gouvernent, mais bien davantage dans le tournant de l’économie et de la politique vertes, même si je n’aime pas trop cet adjectif. En fait nous n’avons pas le choix. Nous devons changer nos modes de vie et d’organisation politique et économique. Je voudrais découvrir et expérimenter ce que j’ai pu vivre depuis 5 ans, c’est-à-dire l’autogestion. Notre société et même, faisons plus lyrique, notre monde, a le choix aujourd’hui entre deux avenirs. L’un que pour ma part je qualifierais barbare, intolérant, fanatique, voulu par des extrémistes qu’ils soient religieux, politiques ou économiques. Je mets dans le même sac une Marine Le Pen, les affreux de Daech et les chantres des grandes entreprises néolibérales et surtout des nouvelles technologies. Ces gens veulent toujours plus d’inégalités, de verticalité, de conflits, d’argent, de pouvoir et de Vérité.

De l’autre côté, un avenir encore flou, mais qui se dessine tranquillement non pas à grand coup de plan com’ ou de batailles rangées, mais à pas de fourmis par tous les citoyens de ce monde. Ceux qui partagent, qui collaborent, qui créent au lieu de détruire, qui mettent en commun, qui décident ensemble. Un monde horizontal, collaboratif, alternatif, tolérant, athée, forcément tournée vers l’écologie même si à mon avis ce mot n’a plus de sens tant il est une évidence pour nous tous.

Donc je quitte, au moins pour un an, le douillet cocon de l’Education nationale, pour m’aventurer vers des mondes que je ne connais pas. C’est bien cela le cœur de ma démarche : il me faut absolument ma dose d’adrénaline, de découverte, d’inconnu, de rencontre, sinon mon caractère pessimiste s’ennuie de façon irrémédiable. Donc je vais devoir apprendre de nouvelles choses, ce qui n’est pas pour me déplaire, et me défaire de mes automatismes, de mes habitudes pour tenter une nouvelle aventure.

Au revoir Spinoza, Nietzsche, Epicure et tous les autres. Bonjour macroéconomie, économie de l’innovation, développement durable… encore faut-il que je n’y perdre pas mon âme !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :