Dr Strange

indexC’est vrai que nous sommes plutôt submergés, ces dernières années, par les films de Super Héros. Comme beaucoup de ma génération, j’ai lu les Comics Marvel des Avengers et j’ai regardé les dessins animés de Spider Man et de Batman ! Mais on a vraiment l’impression que les scénaristes et les réalisateurs d’Hollywood n’ont aucun autres idées pour nous proposer un bon film de divertissement. Dans les années 40 et 50 c’étaient les comédies musicales, dans les années 80 et 90 c’étaient les comédies sentimentales… aujourd’hui ce sont les films Marvel.
Comme beaucoup encore, j’ai suivi les aventures justement de Spider Man, de Batman, de Thor, des 4 Fantastiques au cinéma… mais depuis quelques temps, j’ai décroché. Je vais faire un peu de sociologie de comptoir, mais on voit bien que notre société a besoin de ces nouveaux mythes pour prendre du recul face aux situations réelles plutôt tragiques que nous vivons collectivement. Pour ma part je préfère le fantastique, que cela soit en livre comme en film.
Mais là, avec Dr Strange, je me suis dit que cela pouvait justement être un peu plus fantastique que seulement un Super Héros (avec sa part d’ombre, car aujourd’hui un héros n’est pas que tout blanc) qui casse tout ce qui bouge. Et puis, je suis allée au cinéma aussi pour l’acteur ! Benedict Cumberbatch… au charme très particulier et surtout, surtout… celui qui incarne avec brio Sherlock Holmes dans la superbe série britannique très bien modernisée, Sherlock. Je trouve que voir cet acteur dans un Marvel, c’est tout à fait particulier, et c’est bien ce qui fait l’intérêt du film.
(Attention Spoiler Inside)
indexLe Dr Stephen Strange est un brillant neurochirurgien, arrogant et orgueilleux, qui sauve les vies quand les cas peuvent lui apporter de la gloire et qui maltraite son insipide maîtresse, simple docteur des urgences. Déjà cela m’a fait pensé à Benton et Mark Green dans la série US des années 90… en fait, plein de petites choses m’ont fait pensé à d’autres films dans Dr Strange ☺
J’ai pensé à Contact avec Judie Foster quand l’Ancien fait voyager Dr Strange dans le multivers ; j’ai pensé bien sûr à Inception quand les méchants sorciers plient l’espace de New York et font se retourner les grattes-ciels… bon on voit aussi cela depuis peu dans des pubs pour voitures ; j’ai pensé à Harry Potter avec la cape de lévitation.

Après un accident de voiture particulièrement malheureux, qui voit les mains du Docteur irrémédiablement brisées et donc qui le rend impropre à son métier de chirurgien, Stephen Strange se laisse pousser une barbe de hippster et entend parler d’un tétraplégique qui remarche ! Il le retrouve et celui-ci lui donne une bonne adresse pour se faire soigner… Camartage. Commence alors la quête… qui bien sûr l’entraîne à Kathmandou où il rencontre l’Ancien, qui est plutôt une Ancienne, mais bon. Sceptique au début (bien oui, c’est un scientifique), il finit par vouloir apprendre les Arts de l’Esprit devant l’étendue des pouvoirs de la Sorcière Suprême. L’apprentissage est long, il se fait à la fois dans les livres et en pratique ; le bon docteur n’est pas très doué au début, car son Ego l’empêche de lâcher prise et donc d’avoir accès aux mondes parallèles.
L’apprentissage prend un coup d’accélérateur quand Dr Strange se trouve face au méchant sorcier, ancien disciple de l’Ancien, qui a décidé de prendre le chemin du côté Obscur de la Force (et oui, Star Wars aussi) et de faire appel à un démon très très noir, Dormammu, dans la dimension du multivers où le Temps n’existe pas, pour qu’il vienne prendre le contrôle de la Terre et lui apporter l’immortalité. La bataille finale est engagée…

Les effets spéciaux sont vraiment très impressionnants, et ils sont très présents dans la film, comme en témoigne le générique final où la moitié au moins des noms des techniciens sont en lien avec eux. C’est un film aussi où il y a beaucoup d’humour, de petites pointes qui sont suffisantes pour ne pas se croire dans un film où tout le monde se prend trop au sérieux, comme c’est parfois le cas dans d’autres Marvel.

Comme toujours depuis quelques années dans ce genre de films, les personnages ne sont plus des blocs, positifs ou négatifs. Le sorcier que combat Dr Strange, Kaesilius, cherche l’immortalité pour lui et les Terriens car il a subit des pertes dans sa vie d’avant… on le voit pleurer plusieurs fois d’ailleurs. L’Ancien n’est pas la sorcière que l’on croit, car elle se nourrit aussi du côté obscur pour entretenir sa longévité. Le héros secondaire, allié du Dr Strange, Mordo, est d’une telle rigueur morale qu’il en devient presque totalitaire (ah oui… si vous allez voir le film, attendez bien la toute fin du générique !!). Bref, les héros d’aujourd’hui sont bien à l’image de notre monde, lucide, violent et partagé entre bien et mal. On pourra se gausser de toujours voir des films où c’est encore et toujours le Bien contre le Mal, avec le Bien qui triomphe… mais je crois que c’est exactement le creuset de toute la tragédie humaine et que cette catharsis n’aura jamais fini d’advenir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :